Femmes en quête de maternité

En attente de grossesse

On estime qu’environ 2 grossesses sur 3 sont intentionnelles, c’est-à-dire attendues et recherchées. La prise de conscience de l’éventuelle arrivée d’une grossesse devrait déclencher chez la femme une série de mesures visant à protéger la santé de l’enfant à naître avant même le début de la grossesse car les ovocytes peuvent accumuler des dommages toxiques et les transmettre ensuite au futur embryon. C’est une question de responsabilité.

Les femmes souhaitant une grossesse doivent s’abstenir immédiatement de fumer et de consommer de l’alcool, limiter la consommation de drogues au strict minimum et éviter encore plus soigneusement l’exposition aux aliments et aux substances toxiques industrielles.

En plus de ces mesures, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) promeut la possibilité de prendre des suppléments de folate à raison de 400 microgrammes par jour dans le but précis de prévenir l’apparition d’anomalies du tube neural, en premier lieu toutes les spina bifida. Le supplément profite à l’état de santé général, ne donne aucune intolérance, coûte quelques euros par mois et peut prévenir des maladies graves pour votre enfant. Il faut le prendre sans hésitation, toujours.

Impryl contient 400 microgrammes de folate, de plus sous une forme active et soluble, et satisfait à l’exigence ci-dessus. Il contient également de la vitamine B12, sous forme de méthylcobalamine, qui doit toujours être associée à un apport en folate qui pourrait masquer une carence en B12.

Quand la grossesse ne vient pas

L’absence de grossesse après une longue période de rapports complets non protégés configure un problème de faible fécondité du couple. D’un point de vue statistique, les probabilités que le problème soit masculin ou féminin sont sensiblement les mêmes et dans près de la moitié des cas, les deux coexistent. Néanmoins, nous vivons toujours à une époque de persistance diagnostique et thérapeutique fréquente du côté féminin, en partie le résultat de l’héritage culturel, alors qu’un problème masculin est parfois considéré comme un dernier recours. Par conséquent, la première chose qu’une femme incapable de tomber enceinte doit faire est de convaincre son médecin et son partenaire de s’attaquer immédiatement à l’autre côté du problème.

Du côté féminin, le médecin vérifiera si la patiente ovule régulièrement, s’il y a des problèmes endocriniens ou annexiels, éventuellement il réalisera des investigations chromosomiques et/ou génétiques. Ces investigations peuvent mettre en évidence un problème qui peut être corrigé chirurgicalement ou avec un traitement médical. Dans d’autres cas, une condition concomitante peut être mise en évidence qui a un effet négatif sur la fertilité, des exemples typiques sont le syndrome des ovaires polykystiques et l’endométriose. Même si ces conditions ne sont pas toujours “curables”, la connaissance du problème vous guidera vers les stratégies de traitement les plus appropriées.

 

Lorsque l’ovulation est altérée

L’irrégularité ovulatoire partielle et l’anovulation occasionnelle sont un phénomène presque normal et n’impliquent pas nécessairement une fertilité réduite. Le médecin pourra comprendre facilement l’étendue du problème en surveillant quelques cycles à l’aide de tests hormonaux et/ou échographiques. Chez les femmes de plus de 35 ans et dans tous les cas suspects, il conviendra d’estimer l’âge de procréer avec plus de prudence grâce au nombre de follicules antraux et/ou au dosage de l’hormone anti-müllérienne (AMH).

Les irrégularités du cycle ont physiologiquement tendance à augmenter avec l’âge de procréer et peuvent être une sonnette d’alarme suggérant une certaine hâte. En revanche, elles sont aussi fréquentes chez les femmes très jeunes, souvent dans le cadre d’un syndrome des ovaires polykystiques. La plupart de ces situations peuvent être améliorées à l’aide de thérapies médicales. Les femmes qui souffrent de troubles sévères de l’ovulation ou d’un manque d’ovulation peuvent avoir besoin d’un parcours diagnostique et thérapeutique plus articulé et doivent parfois recourir à des techniques de Procréation Médicalement Assistée (PMA).

Quand nous recourons à MAP

Les traitements médicaux et chirurgicaux peuvent ne pas être en mesure de restaurer la fertilité naturellement et nécessitent le recours à des pratiques de procréation médicalement assistée (PMA). Selon les cas, le spécialiste s’orientera vers des techniques de premier niveau telles que l’Insémination Intra Utérine (IIU) ou vers des fécondations in vitro plus complexes telles que la Fécondation In Vitro avec Transfert Embryonnaire (FIV) et l’Injection Intra Cytoplasmique de Sperme (ICSI).

IUI
D’un point de vue strictement clinique, la procédure IUI est indiquée pour les couples dont la partenaire féminine a une bonne capacité ovulatoire et le partenaire masculin a des spermatozoïdes de bonne qualité. La technique IUI est incapable de remédier aux défauts du sperme masculin et ne doit pas être proposée en présence d’hypofertilité masculine, à moins qu’elle ne soit traitée de manière adéquate. En revanche, il est possible de remédier partiellement aux défauts ovulatoires en faisant précéder l’insémination d’une stimulation féminine par l’hormone FSH afin de guider l’ovulation. Si des doses plus élevées de FSH sont utilisées, la femme produira plus d’un ovule, ce qui peut augmenter les chances qu’au moins un soit fécondé. Les cycles IUI stimulés, avantageux en termes d’efficacité, présentent cependant des dangers potentiels en cas de dysfonctionnement. Il est en effet difficile de prédire combien de follicules vont se développer et combien d’entre eux vont féconder. Presque tous les cas de première page avec des grossesses multiples de rang élevé (3 fœtus ou plus) sont le résultat d’échecs de cycles d’IIU et non de fécondation in vitro (où plus de deux embryons ne sont presque jamais transférés). Compte tenu de l’importance de la qualité des gamètes pour la réussite de l’IIU, les deux partenaires devront porter une attention particulière à leur équilibre métabolique en suivant une alimentation saine et variée. En présence de carences, des suppléments peuvent également aider.

FIV et ICSI
En cas d’ovulation sévèrement compromise, avec ou sans problème masculin associé, et en cas d’échec des cycles répétés d’IIU, le médecin peut décider de recourir à des techniques de fécondation in vitro telles que la FIV et l’ICSI, ces dernières étant indispensables. .] en présence d’un facteur masculin sévère. Dans les deux cas, la femme sera surstimulée par la FSH pour soutenir le développement d’un grand nombre de follicules. Lorsque la maturation est atteinte, les ovocytes sont prélevés et fécondés in vitro. Les embryons obtenus seront cultivés in vitro pendant quelques jours et les meilleurs des développés seront transférés dans l’utérus. La culture in vitro de l’embryon pendant des durées plus longues, soit environ 5 jours, a l’avantage de permettre le prélèvement de certaines cellules pour la réalisation de tests génétiques et chromosomiques qui guideront le choix de l’embryon à transférer.

Les deux techniques, FIV et ECSI, ne diffèrent que par la procédure utilisée pour la fécondation.

Dans le cas de la FIV, la fécondation est obtenue en combinant une aliquote de sperme avec un ou plusieurs ovocytes dans un tube à essai. La fécondation nécessitera toujours du sperme d’au moins une qualité décente. Cependant, un ovocyte avec peu de dommages oxydatifs pourra concentrer les activités de réparation des dommages de l’ADN sur les gènes mâles et remédier à un éjaculat de qualité modeste.

Dans le cas de l’ICSI, la fécondation se produit en injectant les chromosomes d’un spermatozoïde dans l’ovule et permet la fécondation même avec des spermatozoïdes qui ne pourraient pas le faire naturellement, par exemple en raison de l’absence de motilité. Le problème de la qualité du sperme est minimisé grâce à des techniques de sélection visant à écrémer l’éjaculat pour obtenir une fraction enrichie en cellules potentiellement bonnes.

Par la suite, le choix final se fait au microscope avec des critères morphologiques. Les résultats en termes de taux de fécondation sont excellents et il est presque toujours possible de générer des embryons. Le problème est que les techniques de sélection des spermatozoïdes sont incapables de distinguer les spermatozoïdes sur la base des dommages oxydatifs à l’ADN et un beau sperme choisi dans la bonne fraction peut encore causer de graves dommages oxydatifs avec un compromis potentiel sur la viabilité de l’embryon obtenu. Les détracteurs de la technique ICSI en parlent comme d’une fécondation « forcée » avec des spermatozoïdes que la sélection naturelle aurait certainement stoppée. Il devient donc important d’utiliser des ovocytes eux-mêmes peu endommagés par l’oxydation afin de ne pas saturer la capacité de réparation de l’ADN, avec le problème que ces ovocytes dérivent à leur tour d’une surstimulation qui peut compromettre leur qualité. En effet, la stimulation hormonale des ovaires les oblige à faire mûrir plusieurs follicules en même temps et crée une augmentation de la demande métabolique. Pour faire face à la demande accrue, les femmes sous stimulation doivent être encore plus attentives à leur alimentation en évitant les excès alimentaires mais aussi les carences en micronutriments essentiel.

Quand la grossesse arrive

L’arrivée d’une grossesse représente pour une femme un moment de joie mais aussi de profonde responsabilité pour la nouvelle vie qu’elle porte en son sein. Pendant neuf mois, le fœtus n’interagira avec le monde qu’à travers le placenta et sera donc passivement dépendant des comportements de la mère. L’adaptation du mode de vie et des habitudes alimentaires devient un impératif catégorique.

L’alimentation de la mère joue un rôle fondamental dans le développement du fœtus à la fois parce qu’elle doit assurer un flux adéquat de substances et d’énergie nécessaires à la croissance, et parce qu’elle véhicule certaines substances clés qui ont un rôle régulateur sur la différenciation tissulaire.

La supplémentation en folate au cours du premier trimestre de la grossesse a été la première intervention nutritionnelle reconnue comme ayant une efficacité clinique complète et est maintenant obligatoire ou fortement recommandée dans presque tous les pays du monde.

Il a été démontré que cette supplémentation prévient l’apparition d’anomalies du tube neural (par exemple spina bifida, fente palatine) avec une efficacité de plus de 50 %.

On pense que l’effet de la supplémentation en folate est lié à une meilleure méthylation de l’ADN embryonnaire qui, à son tour, porte des signaux pour l’activation ou la répression de gènes spécifiques (épigénétique). Le folate, favorisant le recyclage de l’homocystéine et son utilisation pour la production de groupements méthyles utilisables, permet une meilleure efficacité de ces procédés.

Impryl, pas seulement folate

Impryl, en plus de 400 microgrammes de folate activé (méthylfolate), contient également les autres substances alimentaires utilisées par le métabolisme pour le recyclage de l’homocystéine, la production de méthyles actifs et la synthèse de l’antioxydant physiologique glutathion.